J’aime laver les vitres

J’aime laver les vitres

16 juillet 2019 0 Par l'Enjouée

Tu aimes faire le ménage toi ?

(Je tiens à préciser que ce ne sont pas ces vitres là que j'ai nettoyé, ça se voit non ?)

Personnellement, le ménage, c’est pas ma tasse de thé. Parfois, j’aimerais bien que mon intérieur soit impeccable, que ma maison brille de mille feux, que rien ne dépasse et que ça sente les agrumes même une fois le diffuseur d’huiles essentielles débranché. Mais la plupart du temps, je me dis “Bah, de toutes façons, t’aimes pas le ménage. Alors conservons des objectifs réalistes.” Et puis, j’aime bien qu’il y ait quelques trucs qui dépassent, c’est peut-être ma part rebelle qui aime le désordre.

 
Hier, en faisant le ménage de mon studio pour le rendre, tandis que je nettoyais les fenêtres, je me suis rappelé que j’aime laver les vitres. Et oui, les exceptions existent, même pour les tâches ménagères, qui l’eût cru ?! Après le récurage de toilettes, le décrassage de frigo, le nettoyage de meubles, le secouage de linges divers, le dépoussiérage et le lessivage de sols, les retrouvailles avec le lavage de vitre étaient une respiration bienvenue. Quand j’étais gamine, je dirais vers 10/11 ans, j’ai commencé à laver les vitres et à aimer ça. Ma mère déteste ! J’avais là un super argument pour éviter les autres tâches qui me déplaisaient.
 
Retrouvant l’odeur familière du produit, je me suis demandé “Qu’est-ce qui fait que j’aime laver les vitres?” Qu’est-ce qui faisait que j’aimais déjà ça quand j’étais enfant, puis ado, alors même que j’étais en compagnie de Flemme et de Rébellion, mes grandes amies de cette période ? Déjà, c’est moins crado que beaucoup des autres tâches nécessaires à l’entretien d’un espace de vie. Mais il y a aussi un moment que j’affectionne particulièrement : quand j’ai lavé une seule des deux vitres d’une fenêtre à double battant, que je la referme et que je compare la vitre sale avec la vitre propre. Cette satisfaction qui m’envahit ! Finalement, c’est vrai que je prends moins de plaisir à faire la deuxième vitre, le moment de grâce étant déjà passé.

“Ça me fait une belle jambe de savoir ça. J’aurais pas perdu ma journée.”
Sarcasme s’invite souvent dans mes pensées. On est potes tous les deux, il me fait beaucoup rire quand il est pas trop énervé. Je disais, une belle jambe donc. Oui, oui, une belle jambe. Comme souvent, je ne sais pas quoi lui répondre, alors je me tais. Silence complet, interrompu seulement par le crissement du verre sous mon chiffon.

Et puis, une nouvelle question a émergé : “Qu’est-ce que t’aimes dans ce moment bien particulier ?” Il faut admettre que même si laver les vitres c’est mieux que récurer les toilettes, c’est tout même pas l’activité la plus exaltante qui soit. J’ai besoin d’occuper mon esprit à autre chose, sinon… Rébellion me guette.

Sous ses airs de question triviale, cette petite coquine m’a fait réaliser que plusieurs pépites se cachaient derrière ce simple lavage de vitre. J’aime voir la différence entre l’ avant et l’après mon intervention, voir que ce que j’ai fait a un impact. J’apprécie la netteté de la vitre et le fait de mieux voir dehors, et je suis contente de moi quand c’est bien nickel et qu’il n’y a aucune trace.

Comme quoi, même une petite question sur une petite action, aussi banales et insignifiantes qu’elles puissent paraître, peuvent révéler des choses importantes pour moi : avoir des résultats concrets et visibles, faire quelque chose d’utile, bien faire ce que j’entreprends.

Quand je mets ces trois choses là dans un autre contexte que celui du ménage de mon studio, elles prennent encore plus de sens. Dans mon activité professionnelle, par exemple, ce sont trois choses qui sont fondamentales. Et si ça marche pour le lavage de vitre, ça marche aussi pour toutes les autres petites choses qui constituent mon quotidien et que j’apprécie. Mais ce qui est vraiment magique, c’est que ça fonctionne également pour toutes les choses que je n’apprécie pas et que je fais quand même.

“Pourquoi, alors même que cette action me déplaît, je me force à le faire ? Au nom de quoi ? De qui ? Qu’est-ce qui est important qui me pousse à le faire ?” Qui sait, en répondant à ces questions, peut-être verrais-je la vie belle comme elle l’est déjà.

J'aime laver les vitres, et toi t'aimes laver quoi ?

Articles récents

J’aime laver les vitres
Accompagnants accompagnés
Arbre de vie narratif

Restons connectés

Si vous souhaitez recevoir les nouvelles vidéos, les dates des prochains ateliers, les derniers articles du blog, et autres contenus qui apparaîtront, vous pouvez vous inscrire à la newsletter mensuelle, afin de recevoir tout ça, directement dans votre boîte mail.

Vous pouvez également me suivre sur Facebook, Instagram et Youtube, en vous abonnant à mes pages. 

A très bientôt !

Doria l’Enjouée

L’actu de l’Enjouée – Newsletter
* champ requis

En vous inscrivant vous acceptez que L'Enjouée utilise les informations que vous fournissez sur ce formulaire pour vous contacter par mail afin de vous fournir des mises à jour et des informations marketing.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien en bas de l'email de newsletter ou en envoyant un message à contact@etsionenjouait.fr

Nous utilisons Mailchimp comme plateforme marketing. En cliquant sur "Je m'inscris !", vous acceptez que vos informations soient transférées à Mailchimp pour être traitées. En savoir plus sur les pratiques de Mailchimp en matière de confidentialité.